L’Homme parait parfois petit par rapport à ce qu’il produit.

 » Jim Denevan makes temporary drawings on sand earth and ice that are eventually erased by waves and weather. »

Californien passionné de surf, Jim Denevan s’est un jour mis en tête d’utiliser les plages de la côte ouest des États-Unis comme d’immenses toiles vierges.

En utilisant que des outils de fortune allant du râteau au mini-van, il produit de gigantesques formes géométriques qui ne sont que temporaires. C’est à ce moment là que la photographie entre en jeu et immortalise des oeuvres éphémères qui sont pour la plupart effacées par les marées.

Alliant installation, peinture, sculpture et photographie, cet américain redéfinie à sa façon les règles de l’esthétique.

À l’heure où l’image n’est plus là pour être vue telle qu’elle est, Jim Denevan  nous délivre une vision reposante du monde.

Son Site.

Maskimus.

Publicités

A propos leconduit

Le conduit c'est doux.
Cet article a été publié dans Art. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’Homme parait parfois petit par rapport à ce qu’il produit.

  1. superbe
    grandiose
    et audacieux
    en un mot: utopique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s